Les points de contact de la marque

On peut utiliser les médias sociaux de façon créative pour structurer notre travail et gérer un projet très terre-à-terre. Par exemple, inventorier les points de contact de la marque avec ses marchés.

J’appelle point de contact de la marque tous ces sites mentionnant la marque, idéalement avec un hyperlien, même si ce n’est pas toujours le cas. Des exemples de points de contact de la marque : des articles de presse, des commentaires dans un forum ou dans un blogue, des recommandations de clients ou de prospects, des sites de référence, etc. (On peut très certainement s’inspirer de la typologie intitulée Digital Properties, Platforms & The Media Landscape, de David Armano pour formaliser notre approche.)

Delicious, service web de signets en ligne ou social bookmarkingUn bon moyen de répertorier les points de contact de la marque, c’est de lancer MS Excel par la fenêtre d’utiliser le service de signets en ligne Delicious. L’avantage de ce dispositif est multiple :

  • Tous les membres de votre équipe y ont accès, d’où qu’ils soient, y compris des collaborateurs externes. Les concurrents aussi, remarquez. Si cela vous embête, vous avez la possibilité de mettre tous vos adresses web en privé.
  • Le classement de vos sources est grandement simplifié par l’utilisation d’étiquettes (tags). Delicious vous permet d’apposer plusieurs étiquettes sur une même adresse. Ce qui simplifie considérablement le classement de l’inventaire.
  • Chacun travaillant sur le corpus des points de contact, peut les tagger à son tour en fonction de ses besoins spécifiques, ce qui ne défait pas tout le travail de classement que vous avez effectué au préalable.
  • Possibilité d’exporter les adresses, d’abonner les membres de l’équipe au fil rss du carnet en vue de les tenir à jour sur les dernières parutions, etc.
  • À la sauvegarde d’une adresse, on constate que d’autres personnes l’ont également sauvegardée, ce qui peut nous mener, par l’entremise de son carnet, vers la découverte de sites et points de contact qui nous sont inconnus.

Pour visualiser mon propos, je vous propose l’exemple du carnet de signets que j’ai mis en place en 2005 dans le cadre de mes activités de stratège web et CRM chez le manufacturier de planchers Mirage.

Cet inventaire avait un triple objet : il m’aidait à structurer mon programme de liens, il m’orientait dans mes décisions d’annoncer dans un site ou non, et surtout, il montrait à la direction la pertinence d’intégrer les outils web à nos processus d’affaires.

Cet inventaire comportait les éléments suivants :

  • les types de site web où la marque Mirage était présente : annuaire, guide, media, prestataire, salon, suggestion, tv, association;
  • les catégories de médias où la marque Mirage était présente, ce que j’appelais les secteurs : deco, flooring, architecture, construction, design, feminin, gay, green, immobilier, remodelling, wedding, woodflooring;
  • les outils : yahoo, answers, google, about, tous des sites comportant des ressources sur les couvre-planchers.
  • les types de liens, c’est-à-dire où le lien menait, vers le site B2C ou B2B.

Évidemment, mon inventaire n’était pas complet. D’où l’intérêt de coupler ce dispositif avec un outil de recherche de rétroliens pour le nourrir, par exemple Backlink Watch et la mise en place d’alertes avec le service Google Alertes.

On peut également coupler le carnet Delicious avec un outil de visualisation des données comme del.icio.us direc.tor ou extispicious qui peut s’avérer utile dans le cadre d’une présentation. Il existe de nombreux services web et extensions liés à Delicious.

Delicious est un service web qui offre au gestionnaire un moyen simple de structurer une base de données de son marché, sans devoir s’embarquer dans la mise en place de logiciels pharaoniques et des coûts qui le sont tout autant.

Pour une petite et moyenne entreprise, un service web comme Delicious peut rendre plusieurs bons services dans une stratégie de marketing web : revue de presse, inventaire du marché, carnets d’adresse, dossiers en ligne.

Et vous, comment utilisez-vous Delicious?

This entry was posted in Delicious, Google Apps, KM, outils collaboratifs, SEM. Bookmark the permalink.